Contexte

Territoire d’Uvira, Province du Sud Kivu,
RDCongo

Avec une superficie de 2.345.409 Km², le sol et le sous sol de ce pays disposent d’immenses ressources. En dépit de ces richesses naturelles, la population, estimée à plus de 60.000.000 d’habitants, vit majoritairement dans une situation très précaire.

En effet les soins de santé primaire, l’eau potable, l’électricité, un habitat salubre, restent inaccessibles à une majorité. Tous les enfants n’ont pas accès à l’éducation.

De plus, les salaires des fonctionnaires, des militaires et des policiers sont insuffisants pour leur permettre de subvenir à leur besoins. Cet état de fait engendre tracasseries, vols, corruption, exactions et attaques à l’encontre des populations civiles perpétrées par militaires et policiers.

Cette situation est une conséquence de la mauvaise gouvernance depuis l’indépendance, mais également des différentes guerres qui continuent à faire des victimes dans l’Est du pays.

Ces conflits sont la cause des pillages systématiques des biens des populations autant que des violences à grande échelle commises à l’égard des enfants, des jeunes fille et des femmes.

Ces dernières, souvent victimes de viols, sont rejetées par leurs époux et leurs familles, abandonnées à leur sort avec des traumatismes graves, tant physiques de psychiques.

La guerre dite de libération de 1996 et celle du RCD Goma de 1998 ont laissé de graves failles sécuritaires dans plusieurs régions de la République Démocratique du Congo et plus spécialement à l’Est.

Au cours des guerres des dernières décennies, plusieurs vagues d’hommes en arme se sont succédé. Les forces armées régulières, d’abord, puis divers groupes armés incontrôlés, nationaux et étrangers.

Depuis quelques années, de nouvelles organisations armées ont vu le jour: Raia Mutomboki à Mboko en territoire de Fizi et Mwenga et local defense dans la plaine de la Ruzizi en territoire d’Uvira. Des mouvements civils armés qui disent agir pour la sécurité de la population locale et contre les invasions des forces étrangères.

Les recherches indiquent que toutes ces organisations armées ont massivement et abusivement recruté et utilisé des enfants à une échelle sans précédent.

Aujourd’hui, l’ensemble des humanitaires et des défenseurs des droits humains et des enfants en particulier s’engagent pour extraire ces derniers de la vie militaire et les réintégrer dans la communauté civile, seule apte à leur proposer un avenir digne.

En luttant contre le recrutement et l’utilisation d’enfants ainsi que les autres violations graves des droits de l’enfant commis par les Forces Armées et les services de sécurité de la république Démocratique du Congo, AJDC Lubarika agit conformément au Plan d’Action Nations Unies-RDC.